Des collègues protestent sur le tapis rouge de Cannes pour l'assassinat d'un cinéaste colombien


post-title

Le monde du cinéma est en deuil, jeudi 16 mai dernier, membres du film Plaideur Ils étaient sur le tapis rouge à Cannes pour protester contre le meurtre du cinéaste Mauricio Lezama.

Le cinéaste d'origine colombienne a été assassiné la semaine dernière alors qu'il préparait le tournage d'un court métrage sur les victimes de la violence dans le nord-est convulsé de la Colombie.

Lezama voulait raconter les histoires du conflit armé à Arauca et allait commencer par celui de Mayo Villarreal, l'une des victimes du génocide de l'Union patriotique.

En tant que conseiller cinématographique départemental et directeur culturel, Mauricio souhaitait la participation de nombreuses personnes et avait ouvert les auditions pour que tous ceux qui le pouvaient se présenteraient, il faisait alors avancer son projet soutenu par Proimagenes Colombia et le Fund for Cinematographic Development.



Mauricio Lezama, cinéaste assassiné en Colombie, Paz et 162 dirigeants tués en moins d’un an, pouvaient être lus sur des affiches tenues par le réalisateur Franco Lolli, accompagnées des interprètes de son film, sur le tapis rouge à Cannes, avant la projection de Désolé tu nous a manquépar Ken Loach.

Le colombien Ciro Guerra, auteur de L'étreinte du serpent et Oiseaux d'été et président cette année de la Semaine de la critique, il faisait partie de la manifestation.

L’indignation contre le cinéaste est survenue après la première du film Plaideur, le dernier film du réalisateur Franco Lolli, mettant en vedette l'écrivain Carolina Sanín et applaudi à l'ouverture de la Semaine de la critique, une partie de la délégation colombienne a protesté avec des affiches et des slogans dénonçant ce fait atroce. L’action a été préparée lors d’un déjeuner entre Ciro Guerra, président du jury de la Semaine de la critique, et Vladimir Durán (Adieu l'excitation) dans lesquels ils ont décidé de profiter de la visibilité offerte par un espace comme Cannes, au-delà de la frivolité d’un tapis.



Le geste, selon les mots de Sanín, était un hommage à son collègue assassiné et un message au monde entier de garder à l'esprit ce qui s'est passé et ce qui se passe en Colombie.

Stendhal - Le Rouge et le Noir- Livre audio 2 SOUS - TITRES, Daniele Jouffroy (Avril 2020)


Top