Cessons de dire les enfants adoptés, ce sont des enfants et soulignons: Sandra Bullock


post-title

Des milliers de femmes à travers le monde grandissent dans la culture d'être éduquées pour devenir mères. Cependant, bien que les temps changent plus rapidement et que le fait d’avoir des enfants ne soit plus une priorité pour beaucoup, beaucoup d’entre eux maintiennent la conviction que la maternité ne peut être complète que par un La grossesse

Il y a longtemps, l'actrice Sandra Bullock a rejoint la liste des célébrités qui ont opté pour l'adoption et est maintenant une mère heureuse de deux petites filles: Louis, huit ans, et Laila, cinq ans. Cependant, malgré son bonheur dans cette nouvelle étape en tant que mère, l'actrice principale de Boîte à oiseaux elle a déclaré qu'elle en avait assez que les gens considèrent leurs enfants comme adoptifs.



Ce ne sont pas des enfants adoptés, ce sont des enfants et

Bullock, qui a adopté Louis - trois mois -, son premier fils maintenant âgé de huit ans, puis Laila, âgée d’un an et vivant dans une famille d’accueil, a parlé de son expérience de la maternité et de son adoption pour le magazine. InStyle:

Nous allons parler de ces enfants comme de nos enfants. Ne dites jamais nos enfants adoptés. Personne n’appelle un enfant conçu sans l’avoir cherché, un enfant de FIV (fécondation in vitro) ou je suis sorti pour une soirée et je suis tombé enceinte. Dis juste mes enfants, parce qu'ils sont.



L'actrice a toujours été caractérisée par le maintien d'un style de vie loin des réflecteurs et des réseaux sociaux, mais pendant huit ans, alors qu'elle était mère pour la première fois, le besoin de maintenir sa vie privée en privé s'est encore accru, car soyez beaucoup plus prudent, au-delà que vont-ils dire, parce que sa maternité était en jeu et qu’il pouvait perdre l’un de ses enfants.

Lorsque vous adoptez un enfant, il y a une période de temps fixe et si quelque chose ne va pas, ils peuvent l'enlever. Ils sont six mois très délicats et épuisants.

À plus d'une occasion, elle s'est sentie incertaine de voir ses enfants enlevés

En 2015, j'ai réalisé que les paparazzis avaient pris des photos de Laila et qu'ils étaient même vendus aux médias sans mon consentement. J'avais légalement promis de la protéger de toute situation de ce genre. J'ai fini par parler à mes avocats, implorant d'obtenir une protection.



Laura Laune, l'humoriste sans limites - C à Vous - 21/12/2017 (Mars 2020)


Top